Traductions disponibles Bonne Pratique en version Française

AG2R LA MONDIALE mesure l'empreinte carbone de ses actifs financiers

1. Gouvernance

Stratégie et organisation

Contexte

Le réchauffement climatique mobilise un peu plus la communauté internationale chaque année. Les émissions de gaz à effet de serre, qui en sont la cause, et principalement celles qui découlent des activités humaines focalisent l’attention. Parvenir à une économie bas-carbone est un objectif-nécessité mis en avant par les COP successives, les sommets sur le climat et les « climate finance days ».

En août 2015 la France s’est dotée d’une loi dite « transition énergétique » pour une croissance verte, dont un article (art 173) concerne les investisseurs. Le décret d’application correspondant attend d’eux une prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance intégrée à la politique d’investissement et dont les résultats sont mesurés.

De son côté, l’Accord de Paris sur le climat conclu en décembre 2015 à l’issue de la COP 21 a demandé aux Etats se s’employer à limiter la hausse de la température à 2°C, ou mieux 1,5°C pour la fin du siècle. C’est dans ce contexte que le Groupe s’est lancé dans l’évaluation des émissions de gaz à effet de serre de son portefeuille.

Objectif(s)

Evaluer les émissions de gaz à effet de serre des actifs financiers pour :

  • Mesurer l’exposition du portefeuille au risque climatique ; 
  • Confronter le portefeuille au scénario des 2°C ;
  • Intégrer cet enjeu dans l’orientation des investissements.

Démarche

Après avoir participé en 2014 à des travaux théoriques destinés à développer une méthodologie pour calculer les émissions de gaz à effet de serre d’actifs financiers (travaux initiés par Carbone 4, l’ORSE, l’ABC), le Groupe a mesuré les émissions d’une partie de son portefeuille (scope 1 et 2).

En 2015 étaient distinguées les actions, obligations et dettes souveraines auxquelles s’appliquait un ratio d’emprise. A partir de 2016, la méthode utilisée a été affinée. Carbone 4 chargée de la mission a distingué les secteurs à forts enjeux (énergie, secteurs à potentiel d’efficacité énergétique, secteurs à forte intensité carbone) et les autres. Pour les premiers sont prises en compte les émissions sur toute la chaîne de valeur. Les avancées méthodologiques continuent, ainsi pour le calcul de l’empreinte carbone 2018 le secteur bancaire a été considéré comme secteur à fort enjeu par son scope 3. Pour les autres, les données émetteurs ont été vérifiées et utilisées. En l’absence de données des estimations ont été faites. Un des avantages de la méthodologie est de neutraliser les doubles comptes.

La réflexion se poursuit sur les méthodes de calcul, leur pertinence et l’interprétation des résultats obtenus ; le Groupe participe toujours aux travaux de place sur le sujet.

Contribution à la performance de l'entreprise

  • Affinement de la composante risque de transition
  • Perspective de moyen et long terme
  • Anticipation
  • Amélioration de l’image

Bénéfices sociaux, environnementaux et/ou de gouvernance

  • Au niveau collectif : oblige les entreprises à intégrer les exigences des investisseurs
  • Au niveau de l’entreprise qui verra son BEGES s’améliorer
Effectif
10327 (2019)
Chiffre d'affaires
29,4 Md € (2019)
Pays
France

AG2R LA MONDIALE

104-106, bd Haussman
75008 PARIS

www.ag2rlamondiale.fr

Contact

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mise à jour le 30/09/2019

Creative Commons Attribution Cette oeuvre de Réseau Alliances est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution.
Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé